Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par coco-ci, coco-là

Rimbaud, Verlaine et l'absinthe par Barbara

Barbara qui dans cette chanson mêle l'amour d'une femme pour un être aimé à l'amour pour ces 2 poètes,

eux-mêmes liés l'un à l'autre : rimbaud et verlaine et l'absinthe sensé inspirer les poètes :

amour, alcool et poésie intimement liés, très belle réussite :

Il ne faudrait pas prendre celà pour une apologie de l'alcool, car peut être que l'absinthe permettait à rimbaud et verlaine et nombres de poètes de l'époque d'annihiler leurs douleurs mais il n'est pas à l'origine de leur génie pour autant, ni plus que les drogues !!

Ils buvaient de l' absinthe,
Comme on boirait de l' eau,
L' un s' appelait Verlaine,
L' autre, c' était Rimbaud,
Pour faire des poèmes,
On ne boit pas de l' eau,
Toi, tu n' es pas Verlaine,
Toi, tu n' est pas Rimbaud,
Mais quand tu dis "je t' aime",
Oh mon dieu, que c' est beau,
Bien plus beau qu' un poème,
De Verlaine ou de Rimbaud,

Pourtant que j' aime entendre,
Encore et puis encore,
La chanson des amours,
Quand il pleut sur la ville,
La chanson des amours,
Quand il pleut dans mon coeur,
Et qu' on a l' âme grise,
Et que les violons pleurent,
Pourtant, je veux l' entendre,
Encore et puis encore,
Tu sais qu' elle m' enivre,
La chanson de ceux-là,
Qui s' aiment et qui en meurent,
Et si j' ai l' âme grise,
Tu sécheras mes pleurs,

Ils buvaient de l' absinthe,
Comme l' on boit de l' eau,
Mais l' un, c' était Verlaine,
L' autre, c' était Rimbaud,
Pour faire des poèmes,
On ne boit pas de l' eau,
Aujourd'hui, les "je t' aime",
S' écrivent en deux mots,
Finis, les longs poèmes,
La musique des mots,
Dont se grisait Verlaine,
Dont se saoulait Rimbaud,

Car je voudrais connaître,
Ces alcools dorés, qui leur grisaient le coeur,
Et qui saoulaient leur peine,
Oh, fais-les-moi connaître,
Ces alcools d' or, qui nous grisent le coeur,
Et coulent dans nos veines,
Et verse-m' en à boire,
Encore et puis encore,
Voilà que je m' enivre,
Je suis ton bateau ivre,
Avec toi, je dérive,

Et j' aime et j' en meurs,
Les vapeurs de l' absinthe,
M' embrument,
Je vois des fleurs qui grimpent,
Au velours des rideaux,
Quelle est donc cette plainte,
Lourde comme un sanglot,
Ce sont eux qui reviennent,
Encore et puis encore,
Au vent glacé d' hiver,
Entends-les qui se traînent,
Les pendus de Verlaine,
Les noyés de Rimbaud,
Que la mort a figés,
Aux eaux noires de la Seine,
J' ai mal de les entendre,
Encore et puis encore,
Oh, que ce bateau ivre,
Nous mène à la dérive,
Qu' il sombre au fond des eaux,
Et qu' avec toi, je meurs,

On a bu de l' absinthe,
Comme on boirait de l' eau,
Et je t' aime, je t' aime,
Oh mon dieu, que c' est beau,
Bien plus beau qu' un poème,
De Verlaine ou de Rimbaud...

Une deuxième version : la superbe reprise des chansons de Barbara par Mathieu Rosaz

Commenter cet article

Hobo-Lullaby 03/05/2013 18:13

De la musique avant toute choses ...
Barbara avait bien retenu la leçon, la sienne était inimitable.

Sympathique endroit !

Bises
Serge

râleuseex02468 30/04/2013 13:49

donc , tu t'es lancée dans le nouvel over blog????est ce mieux ?, est ce facile ?dis moi tout ça , car je n'ose pas franchir le pas !! merci
merci aussi pour cette Barbara

coco.cabri 30/04/2013 18:53

je fais des essais, je viens de trouver comment passer des chansons entière issues de deezer !! la chanson étant indispensable dans mon blog !! je n'ai pas encore migré le premier blog, je recopie quelques articles en débutant par rimbaud et les ardennes qui me sont natales (faut pas que je fasse une faute de frappe en mettant un f à la place du n) - d'après adam, et ce que j'ai lu dans des autres blogs, on ne pourra plus illustrer les commentaires, ça retire un peu de fun ... et il y a des autres choses en moins aussi, mais je ne suis pas très pro !! dans ce blog, avec le thème que j'ai choisi, je n'ai pas trouvé comment mettre les liens de mes blogs amis .. overblog essaie de nous faire prendre une version payante !! mais je compte bien résister !